La sécurité n’est pas un crime

Nous nous associons au texte du fournisseur de services internet Riseup en solidarité avec des personnes arrêtées en Espagne. L’utilisation de Riseup a été retenue à charge contre elles. https://help.riseup.net/fr/about-us/press/security-not-a-crime

Note : suite à l’attaque meurtrière de la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, nous craignons de voir, comme après les attentats du 11 septembre 2001 aux USA, une avalanche de lois qui étendent les pouvoirs de surveillance et de répression des États.

Mardi 16 décembre, une opération policière d’envergure a eu lieu en Espagne. 14 domiciles et centres sociaux ont été perquisitionnés à Barcelone, Sabadell, Manresa et Madrid. Livres, brochures et ordinateurs ont été saisis. 11 personnes ont été arrêtées et déférées devant l’Audiencia Nacional espagnole, un haut tribunal à Madrid s’occupant des affaires d’ »intérêt national ». Elles sont accusées de recrutement, promotion, organisation et appartenance à une organisation terroriste. Toutefois, les avocats de la défense dénoncent un manque de transparence, précisant que leurs client·e⋅s ont été interrogé·es sans savoir de quoi ils ou elles étaient accusé·e⋅s. “[Ils] parlent de terrorisme sans préciser les crimes reprochés, ni même les actes individuels attribués à chacun d’entre eux” [1]. Interrogé, le juge Bermúdez répond : “Je n’enquête pas sur des faits spécifiques, j’enquête sur l’organisation, et le danger qu’ils peuvent représenter à l’avenir” [2] ; créant ainsi un nouvel exemple d’arrestation préventive.

Quatre des détenu·e⋅s ont été libéré·e⋅s, mais 7 restent en détention préventive pour leur procès à venir. Les motifs présentés par le juge pour leur incarcération sont la détention de certains livres, “la production de publications et de moyens de communication”, et le fait que les accusé·e⋅s “utilisent les emails avec des mesures de sécurité extrêmes, comme les serveurs RISE UP” [2].

Nous rejetons cette criminalisation kafkaïenne des mouvements sociaux, ainsi que l’implication que la protection de la vie privée sur internet est équivalente au terrorisme. Cela est absurde et extrêmement alarmant.

Riseup, comme d’autres fournisseurs de courrier électronique, a l’obligation de protéger la confidentialité de ses utilisateurs et utilisatrices. Beaucoup des « mesures de sécurité extrêmes » utilisées par Riesup sont de bonnes pratiques communément admises en termes de sécurité sur Internet et sont aussi utilisées par des fournisseurs de services comme hotmail, GMail ou Facebook. Toutefois, contrairement à ces fournisseurs, Riseup ne veut pas permettre la mise en place de portes dérobées illégales, ni vendre les données de ses utilisateurs et utilisatrices à des tierces parties.

Le rapport du parlement européen sur le programme de surveillance de la NSA « souligne que le respect de la vie privée n’est pas un droit de luxe, mais constitue la pierre angulaire d’une société libre et démocratique » [3]. Des révélations récentes sur l’étendue des violations de la vie privée par les États montrent que tout ce qui peut être épié le sera [4]. De plus, nous savons que la criminalisation de l’usage des outils de protection de la vie privée a un effet dissuasif sur toutes et tous, en particulier les défenseur⋅euse⋅s des droits humains, les journalistes et les activistes. Abandonner ses droits fondamentaux à la vie privée par peur d’être identifié·e comme terroriste est inacceptable.

1. https://directa.cat/actualitat/pandora-empresonada
2. https://directa.cat/jutge-gomez-bermudez-envia-preso-set-de-onze-persones-detingudes-durant-loperacio-pandora
3. http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//NONSGML%2BCOMPARL%2BPE-526.085%2B02%2BDOC%2BPDF%2BV0//FR
4. http://www.spiegel.de/international/germany/inside-the-nsa-s-war-on-internet-security-a-1010361.html

Point sur l’avancée des travaux

[mise à jour au 18 novembre] On a réparé les listes, tout doit maintenant fonctionner normalement.

[15 novembre] Nos travaux sur le serveur se passent plutôt bien. Herbesfolles fonctionne maintentenant sur une nouvelle machine virtuelle toute propre, et d’après nos tests, tous les services fonctionnent normalement… sauf les listes de diffusion. On s’attelle à leur réparation ce week-end. Si vous découvrez d’autres problèmes, merci de nous écrire à l’adresse habituelle : admins@herbesfolles.org.

Travaux du 12 au 17 novembre 2014

Une fois n’est pas coutume, nous vous prévenons en avance des travaux sur herbesfolles.

Ils auront lieu du 12 au 17 novembre 2014.

Si tout se passe bien, les interruptions seront courtes et rares, mais une indisponibilité du serveur
pour plusieurs heures ou des problèmes avec certains services ne sont pas à exclure.

Nous voulons permettre à herbesfolles de fonctionner en utilisant au mieux ses capacités matérielles, ce qui diminuera le risque de blocages qu’on a eu cet été, réinstaller proprement AlternC – notre gestionnaire d’hébergement – dans une zone dédiée du serveur et y migrer les données existantes.

Brochure « Du logiciel libre à l’activisme de rue »

Une brochure qui propose une vision révolutionnaire du mouvement du logiciel libre : du logiciel libre à l’activisme de rue

Brochure : « Internet libre et serveurs autonomes »

Une brochure qui présente la démarche dans laquelle s’inscrit herbesfolles : Internet libre et serveurs autonome.

Battons nous contre la rétention de données

À l’occasion des journées mondiales d’action Freedom not Fear (« la liberté,
pas la peur »), herbesfolles.org a signé ce texte :

En tant qu’hébergeurs, la rétention des données de connexion nous est imposée par la directive 2006/24/EC de l’Union Européenne. Nous voulons sa suppression, car celle-ci instaure la surveillance préventive de toutes les communications électroniques: e-mail, appels téléphoniques et autres échanges numériques.
Imaginez que les services postaux gardent trace de toute personne vous envoyant du courrier; quand; qui; comment; oû. C’est exactement ce qui est en train de se passer sur l’Internet, en ce moment même !
En tant qu’intermédiaires techniques, nous sommes contraints de stoquer ces données liées à vos communications. Cependant, il est hors de question que nous nous transformions en auxiliaires de police. Nous entendons faire tout ce qui est en notre possible pour ne pas contribuer à cette attaque contre la vie privée, et encourageons tout le monde à jeter du sable dans cet engrenage !
Nous continuerons à nous battre contre la rétention de données de quelque manière que ce soit, et soutiendrons celles et ceux s’efforcant de faire de même !

Signataires:

  • aktivix.org
  • all2all.be
  • alterezo.be
  • blacksec.org
  • blogxpopuli.org
  • boum.org
  • cassiopea.org
  • domainepublic.net
  • effraie.org
  • espace4you.org
  • free.de
  • globenet.org
  • hacklab.dk
  • herbesfolles.org
  • immerda.ch
  • lautre.net
  • moviments.net
  • mutins.net
  • nadir.org
  • no-log.org
  • nodo50.org
  • open-web.fr
  • poivron.org
  • puscii.nl
  • rezo.net
  • riseup.net
  • samizdat.net
  • so36.net
  • squat.net
  • systemausfall.org
  • systemli.org
  • tachanka.org